De Kerdavid au Finistère ou “comment vendre ses oignons”

Extrait de l'article

Entretien avec Jean-Louis et Gilberte Le Quellec. L'importance des oignons dans l'activité agricole des années 1950-60 à St Pierre Quiberon dans le village de Kerdavid.

Participants à la rédaction de cet article

Entretien de Gaël Le Bourgès et Davine Maugey avec la famille Le Quellec de Kerdavid
Rédaction de l’article : Jean-Louis Guého

Copie des images et textes interdits sans l'autorisation de KER1856

Après la guerre, dans les années 50-60, à Kerdavid, comme dans beaucoup de villages de Saint-Pierre, dans les fermes on trouvait des vaches, des cochons et des chevaux. On y exploitait la terre pour faire du maraîchage permettant de vendre les pommes de terre, les légumes et les oignons sur les marchés.

Après l’été, on procédait au « démouchage » des oignons. Il s’agit de l’opération consistant à enlever la partie haute et sèche, ainsi que les racines. Cela se faisait à la fin de l’été après l’arrachage des oignons.

Place de Kerdavid- rue de Kerdavid
Kerdavid - rue de Kerdavid - photo inédite
Kerdavid - maison de Jeanne la mère d'Yves Le Lan -par Mathilde de Goer, vers 1925

Tous les gens du village se retrouvaient et à Kerdavid, ils avaient la chance d’avoir Mandine Le Roux, la grand-mère d’Evelyne, Jean Claude, Daniel, Dominique et Alain, qui racontait les contes et qui chantait pour toute l’assemblée.

Cela se faisait dans le garage de tante Anne, et quand le soir tombait et que le travail n’était pas terminé, Yves Le LAN arrivait avec sa moto et il éclairait le garage de son phare.

La maison de tante Anne était grande et haute, et on stockait le foin  pour nourrir les bêtes dans le grenier et en plus il servait d’isolant pour l’hiver. C’était tellement haut qu’il fallait être trois pour rentrer le foin.

L’étable était proche de la maison, de l’autre côté de la rue. Le fumier était déposé dans la rue et ensuite avec la brouette, on l’emmenait sur le tas de fumier un peu plus à l’écart des habitations.

A côté de la grange il y avait un puits entre chez tante Anne et chez la mère d’Yves Le LAN, (Jeanne YARRIC-Le LAN) mais il a été bouché il y a bien longtemps.

A Kerdavid, c’était un village de ” tantes “. Il y avait tante Anne, mais aussi tante Jeanne, tante Esther, tante Fine qui a eu 14 enfants dans sa petite maison et bien d’autres tantes encore.

A côté de chez Mandine (la conteuse) il y avait un fossé avec du cresson que l’on cueillait. Ce fossé se poursuivait jusqu’à la place du marché actuel, qui était régulièrement inondée. Un jour une voiture s’est embourbée, c’est le cheval qui l’a sortie de ce mauvais pas.

La famille PLUNIAN avait sa propre ferme dans le Kerdavid. Les familles se faisaient  concurrence et ça bataillait dur les jours de marché à Auray pour avoir les plus beaux cochons. Les filles PLUNIAN étaient courageuses, leur père a été longtemps malade et il n’y avait pas de garçon, mais quatre filles.

Après le démouchage des oignons, on les mettait en sac afin d’aller les vendre dans le Finistère.

Roscoff - arrivée des vendeurs d'oignons

Alfred Le Quellec, le père partait tout seul en premier, à vélo. Il allait faire du porte à porte pour identifier les familles qui voulaient acheter des oignons, ensuite il revenait et établissait son circuit.

On y allait en charrette et il fallait partir tôt, de nuit, car la tournée durait environ un jour et demi. Il faisait sa tournée avec son fils Jean-Louis qui avait 13 ans à l’époque.

La vente ne se faisait pas contre de l’argent. Pas de pièces, ni de billets, rien que du troc.

On échangeait les oignons contre du blé que l’on trouvait peu sur la presqu’île. Quand les acheteurs étaient sympathiques, on repartait avec de la « gnôle », « lambig ou guchistr » en bretagne, que l’on pouvait revendre et éventuellement boire. Le fils, lui, ramenait des pommes.

Pour la « gnôle » il fallait faire attention, car le transport d’alcool était assimilé à de la contrebande et il ne fallait pas se faire prendre. On la cachait dans les sacs de blé.

Un jour ils ont été arrêtés par les douaniers qui ont procédé à une fouille complète de la charrette, mais ils n’ont rien trouvé, heureusement. Le blé servait à la nourriture des bêtes.

A la ferme de Kerdavid, on cultivait des pommes de terre mais aussi des choux-fleurs, des carottes et autres légumes de saison.
Jean-Louis de la ferme allait faire la tournée de maraîchage dans les villages de la presqu’île.

Café du midi à Quiberon

Il la terminait au « café du midi » à Port Haliguen chez François Le DIRAISON, si bien que les retardataires ou les absents lors du passage pouvaient toujours le retrouver au café.
Il ne faisait pas que vendre des légumes, il est allé à l’école. Chez les « sœurs noires » là où est actuellement la villa “Saint Joseph” (voir l’article de la villa où l’on évoque la création de cette école).
Il y a obtenu son certificat d’études puis a été au collège à Quiberon et au lycée à Auray, à Kerplouz (le lycée agricole). C’était un événement, il a été le premier et seul pensionnaire.

On cultivait également de l’orge sur la presqu’île. On la coupait avec une moissonneuse-lieuse qui la mettait en bottes puis on la chargeait sur les remorques. La batteuse venait de Saint Julien (de chez Le FLOCH) c’était la seule de la presqu’île, et on pouvait la louer. Lorsque les grains d’orge étaient mis en sacs, on les stockait chez KERVADEC (actuelle boutique « 8 à Huit »).

Un charnier

On conservait la viande dans des grands pots en grès munis d’un couvercle que l’on appelait des « charniers » Ces pots étaient ensuite remplis de sel permettant de conserver la viande, notamment le lard.

La vie dans les villages était rude, même dans les années 50, mais on savait pouvoir compter les uns sur les autres. L’image du presqu’îlien attaché à son caillou est un peu battue en brèche : quand il fallait vendre, on n’hésitait pas à se déplacer.

Jean Louis Le Quellec nous a malheureusement quitté en avril dernier, cet article lui rend hommage

2 Responses

  1. Magnifique article super de faire revivre ce village de Ker David. Il n’y avait pas que des pêcheurs à Saint-Pierre. De mes souvenirs d enfance je garde aussi le corbillard attelé au cheval d’Alfred Le Quellec. J’apprends avec tristesse le décès de Jean Louis.

  2. Tante Fine était ma belle-mère. Elle racontait souvent les “veillées” chez Tante Anne . Très bel article sur le”démouchage” des oignons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux adhérer pour la première fois

Pourquoi nous rejoindre

Vous vous intéressez à l'histoire et au patrimoine de Saint-Pierre Quiberon

Rejoignez la nouvelle association KER 1856 pour découvrir partager et collecter ensemble anecdotes et documents inédits qui seront valorisés sur ce site internet et dans le cadre de rencontres, de conférence,  d’expositions et de publications

Comment nous rejoindre

L’adhésion 2024 pour un nouvel adhérent démarre le 1er janvier 2024 

Le tarif annuel de la cotisation est de: 

  • 15€ /an pour une personne
  •  25€ /an pour un couple. 

Télécharger le bulletin d’adhésion.

Vous pouvez aussi trouver un bulletin d’adhésion sur nos flyers. Où ? dans le hall du centre culturel ou à la médiathèque. 

Contactez nous

Association KER1856

 2 rue du Ouarc’h  

 56510 St Pierre Quiberon

 contact.ker1856@gmail.com  

 Tel: 06 08 35 52 89

Inscription dimanche 18 sept le costume de mariage

Pourquoi KER1856 ?

KER: un village , un lieu qui nous rassemble

1856 : création de la commune de Saint-Pierre

Le saviez vous ? le village de Saint-Pierre n’existe pas.