Établissement LECHAT – Les Viviers Portivyens

Extrait de l'article

La famille LECHAT a créé et géré les Viviers Portivyens sur trois générations Jules, Pierre puis Dominique

Participants à la rédaction de cet article

Jean Louis Guého a rédigé cet article sur les Etablissements LECHAT.

Copie des images et textes interdits sans l'autorisation de KER1856

Etablissement LECHAT

« Jules LECHAT », répartiteur de pêche à Lorient à la fin de la Seconde Guerre mondiale, s’était reconverti à la création des criées du fait de la reprise des filières.

Dominique LECHAT nous explique : « Mon grand-père a acheté les bâtiments à Portivy, mais il travaillait en même temps à Étel ».

A l’époque les locaux sont dans un triste état. Les lieux ont été occupés depuis la fin du XIXe siècle. Toujours par une « industrie », tout d’abord par des presses à sardines, puis par des fabriques de conserves de sardines et autres petits poissons, avec des propriétaires successifs. Il y aura même une usine de chaussons tenue par M. PABON.

Jules LECHAT fera donc des travaux et créera des viviers.

« Cela restera tout de même très vétuste », souligne Dominique.

Et il ajoute avec humour :

« Mon grand-père achetait trois ou quatre camions pour en faire un; sa boîte à outil lui servait de siège pour conduire. L’usine ne se modernisera que lorsque mon père Pierre la reprendra, en 1963 ».

Les viviers Portivyens – le pylône

Pierre et Marie-Thérèse LECHAT entreprendront alors de gros travaux. Un pylône sera réalisé au niveau des viviers qui étaient encore dans le port, au niveau de l’actuel parking de la cale Est. Mais au début des années 1970, pour éviter les trop nombreux vols, le choix de créer des viviers à l’intérieur s’imposa.

Dominique LECHAT nous explique :

« Il faudra faire creuser un puit dans la cour de l’usine pour pouvoir s’alimenter en eau de mer. Ce ne sera pas une partie de plaisir. Il faudra aller jusqu’à 13m de profondeur dans des conditions difficiles »

ETS LE CHAT - Vue aérienne - 1985

C’est également Pierre qui est à l’origine du fameux logo, devenu si emblématique à Portivy. En fait, il y a eu deux logos. La version avec le chat noir qui tient dans sa gueule un poisson, et celle où il tient un homard.

« J’avais mis ce logo également sur mon magasin de Lorient », ajoute Dominique LECHAT.

« Il était connu de tous. Par contre, le homard et la langouste, qui ont également fait les beaux jours de la décoration des viviers, tiennent aujourd’hui compagnie à mes chiens dans le chenil ! ».

C’est en 1978 que Dominique rachète l’entreprise : « Avec ma femme, on a développé la vente au détail. Nous étions encore un lieu de vie important du port, des pêcheurs, mais aussi des touristes et des campeurs, qui venaient chercher de la glace. C’était aussi une attraction ».

En 1998, Dominique a dû faire face à l’évolution des réglementations et a eu à son tour à faire de gros investissements pour mettre les “Viviers Portivyens” aux normes européennes. L’équilibre se fera entre Portivy et Lorient pour l’entreprise “LECHAT Marée”.

Camion LECHAT

Nicolas son fils, devient même la quatrième génération à servir la clientèle sur le port !

« Il était de plus en plus évident qu’ouvrir Portivy en dehors de l’été n’était pas rentable ». « Mais Portivy et Lorient étaient liés. D’importants impayés et la possibilité pour nos clients d’acheter en direct nous ont été fatals ». « Les banques ne nous ont plus suivis. Les viviers sont en vente depuis 2016 ».

Un espace  dédié au travail depuis plus de cent ans va disparaître pour faire place à… un projet immobilier ?

Souvenirs, souvenirs :

Je me souviens qu’avant la construction de la poissonnerie rue du Général de Gaulle au début des années 70, où travaillait Jeannette LANTIL ; Mme LECHAT, la femme de Jules vendait du poisson, dans le petit édicule, place de la Marne, rue Curie au numéro 1.

Poissonnerie rue du général De Gaulle
Place de la Marne 1 rue Curie

Sources : La riche histoire de Portivy en Saint Pierre Quiberon. 

                 Le Télégramme publié le 17/03/2018

5 réponses

  1. Depuis la création des établissements LECHAT, tous les pêcheurs professionnels de Portivy remercient la famille LECHAT , c’était une structure indispensable pour la vente de la pêche à Portivy, pour des marins qui n’avaient souvent pas de moyens de locomotion à part la charrette à bras. Heureusement qu’il y avait les viviers Portivyens. Les négociations quelquefois âpres aboutissaient toujours à un accord commun et juste. Le nom de la famille LECHAT est indissociable à l’essort économique de ce petit port. Le passé est ce qu’il est et nous le regrettons bien, même dans une échelle sociale des années 50, bien plus basse qu’aujourd’hui. Dans ma mémoire subsistera toujours une famille de grands travailleurs courageux et entreprenants. Merci pour ce document.

      1. 9 saisons de 1998 à 2006, de vraiment beaux étés !!
        J ai des souvenirs memorables avec toi Nicolas dans la vanette en livraison 😀
        J espere que tu te portes bien ainsi que ta mère et ton père !
        Et j ai aussi une grosse pensée pour tes grands parents !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux adhérer pour la première fois

Pourquoi nous rejoindre

Vous vous intéressez à l'histoire et au patrimoine de Saint-Pierre Quiberon

Rejoignez la nouvelle association KER 1856 pour découvrir partager et collecter ensemble anecdotes et documents inédits qui seront valorisés sur ce site internet et dans le cadre de rencontres, de conférence,  d’expositions et de publications

Comment nous rejoindre

L’adhésion 2024 pour un nouvel adhérent démarre le 1er janvier 2024 

Le tarif annuel de la cotisation est de: 

  • 15€ /an pour une personne
  •  25€ /an pour un couple. 

Télécharger le bulletin d’adhésion.

Vous pouvez aussi trouver un bulletin d’adhésion sur nos flyers. Où ? dans le hall du centre culturel ou à la médiathèque. 

Contactez nous

Association KER1856

 2 rue du Ouarc’h  

 56510 St Pierre Quiberon

 contact.ker1856@gmail.com  

 Tel: 06 08 35 52 89

Inscription dimanche 18 sept le costume de mariage

Pourquoi KER1856 ?

KER: un village , un lieu qui nous rassemble

1856 : création de la commune de Saint-Pierre

Le saviez vous ? le village de Saint-Pierre n’existe pas.